Le Projet d’Amélioration de la Résilience des Systèmes Agricoles au Tchad (PARSAT) est un projet de développement rural qui intervient dans la Province du Guéra, le Département de Fitri dans la province du Batha et les Départements de Dababa et de N’goura dans la Province de Hadjer-Lamis.

 

Une zone à forte potentialité

Cette zone dispose d’un fort potentiel agricole encore peu exploité. Ayant une superficie d’environ 90.200 Km² avec une population estimée à 877 200 habitants. Elle est située dans la bande sahélienne du pays et fait partie des zones les plus touchées par l’insécurité alimentaire et la vulnérabilité structurelle. Les ménages ruraux (86% de la population), dont 83% sont sédentaires, ont comme première activité la production de céréales (mil, sorgho pluvial et de décrue-bérébéré) pour satisfaire leurs besoins alimentaires et constituer une réserve pour la période de soudure. En contre saison, ils s’adonnent à d’autres activités pour compléter leurs besoins alimentaires et monétaires. Leur stratégie d’adaptation et de résilience se traduit par la diversification des activités et des sources de revenus.

La population rurale : une priorité

Le PARSAT est un projet de développement qui a pour objectif de contribuer à l’amélioration durable de la sécurité alimentaire et des revenus des ménages ruraux. Pour le projet, la réduction de la vulnérabilité passe par l’amélioration de la résilience des systèmes agricoles face aux aléas agro-climatiques.

Son intervention repose sur : 

–        La sécurisation de la production par rapports aux risques climatiques, en améliorant la mobilisation et la gestion de l’eau sur les parcelles de cultures ;

–        L’intensification de la production grâce à l’amélioration des techniques culturales et l’utilisation de variétés de semences mieux adaptées, l’amélioration des capacités de stockage et la constitution de stocks pour la période de soudure ;

–        La diversification d’activités économiques rentables en contre saison et l’amélioration de l’accès aux marchés.

L’objectif global du PARSAT est d’augmenter durablement les productions agricoles en réduisant les risques liés aux changements climatiques (CC).

Son objectif de développement est d’améliorer la résilience des systèmes agricoles et de l’économie des ménages ruraux par rapport aux changements climatiques et aux chocs externes.

Démarré en février 2015, le PARSAT est financé à hauteur de 36,2 millions dollars US par le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), le Fonds pour l’Adaptation de l’Agriculture Paysanne face au Changement Climatique (ASAP), l’Etat tchadien et les bénéficiaires.