Le groupe cible du PARSAT est constitué des ménages agricoles sédentaires, dont les conditions d’existence assez précaires sont essentiellement assurées par: (i) la production vivrière (dont 70-80% de céréales) sur une superficie moyenne d’environ 2,4 ha dans le Guéra et le département de Dababa, de 2,7 ha dans le Fitri; (ii) le petit élevage (caprins/volailles) et; (iii) diverses activités en contre saison, telles que: le maraîchage, les activités de cueillette, la petite transformation de produits agricoles, la vente de la force de travail ou l’exode saisonnier pour les hommes et les jeunes.

Ces ménages, en général très vulnérables aux chocs climatiques, sont essentiellement caractérisés par: (i) de faibles niveaux de productivité et de compétitivité des activités agricoles; (ii) des difficultés d’accès aux facteurs de production (terre, intrants et capital); (iii) une situation de dépendance par rapport au marché, notamment en période de soudure; (iv) une faible capacité d’organisation et; (v) un faible niveau de revenus. Ce groupe cible inclut 2 sous-groupes constituant des ménages particulièrement à risques: (i) femmes, chefs de ménage, y inclus les veuves, avec de nombreux jeunes enfants à charge et; (ii) des jeunes mariés qui viennent de s’installer. 55. Le Projet veillera à s’adresser autant aux femmes qu’aux hommes, sans oublier d’intégrer les jeunes pour les différentes actions initiées. En même temps, la sélection d’un certain nombre d’activités du Projet a été faite car elles sont plus spécialement recherchées par les femmes, il s’agit: des cultures pluviales non-céréalières; des cultures maraichères, du petit élevage, de l’accès à une banque de soudure, des activités génératrices de revenus (AGR), de l’alphabétisation et des mesures éducationnelles. Les femmes restent généralement dans le village en saison sèche (alors que les hommes partent en exode) et assurent souvent seules les besoins quotidiens de nourriture et de petites dépenses pour la famille. De ce fait, la diversification et le renforcement de leur base économique sont des aspects importants, qui se répercuteront directement et significativement sur la résilience générale des ménages par rapport à des contraintes climatiques de plus en plus sévères. 56. Le Projet touchera environ 35 000 ménages dont la taille moyenne est estimée à 5 personnes soit environ 175 000 bénéficiaires directs dont 40% seront des femmes et 30% des jeunes. Le nombre de ménages directement touchés représente environ 25% des ménages ruraux sédentaires dans la zone d’intervention du Projet